網頁圖片
PDF
ePub 版

DE RÖTTELEN, BADENVEYLER,

LAHR; ET MAHLBERG,

&c. &c. &c.

MONSEIGNEUR,

[ocr errors]

En entreprenant cette nouvelle Edition du chef - dæuvre d'un des plus

[ocr errors]

grands Poëtes du monde, j'ai cherché
à l'embellir de tous les ornemens dont
elle pouvoit être susceptible. Je me flate
d'y avoir réus, & j'en ai, MON-
SEIGNEUR, l'obligation à Vo-
TRE ALTESSE SERENISSIME,
puisque le plus grand relief de cette
Edition, eft, sans doute , de paroître
Sous Vos auspices , & de présenter
dans le Portrait que vous m'avez
permis d'y joindre, un modéle des
vertus dont on trouve l'éloge dans ce
Poëme.

Un Prince que l'élévation de son
rang, n'empêche point de connoître

[ocr errors]

de respecter les privileges de l'humani; qui, dans l'âge des plaisirs, sait se garantir de ses foiblesses ; qui fait réfléchir , qui aime à s'instruire ; pour qui la voix de la Raison n'eut jamais rien que d'agréable ; quel Prince étoit plus digne de voir paroître son Nom à la tête d'un Ouvrage destiné à faire connoître l'Homme à lui-même ! C'est fe conformer au golit qui y regne, que de Vous le dedier.

Daignez donc, MONSEIGNEUR, recevoir favorablement, un Hommage que l'Auteur lui - même auroit avoué,

[ocr errors]

& auquel le Public ne sauroit manquer d'applaudir.

Je suis avec le plus profond respect,

MONSEIGNEUR,

DE VOTRE ALTESSE SERENISSIME,

Le très-humble, très-obéissant,

& très-devoué Serviteur , MARC CHAPUIS.

DU TRADUCTEUR

ONSIEUR Pope s'étant proposé d'écrire sur la vie &

les mæurs de l'Homme, a crû devoir considérer d'abord l'Homme en général, sa nature & fon état. Il est nécessaire pour prescrire des devoirs, pour établir des précep

es, & pour exaininer la perfection ou l'imperfection de quelque créature que ce soit , de connoître premiérement quelle eft fa condition & quels sont ses rapports, quelle est la fin & quel est l'objet de son existence.

La science de la nature humaine, ainsi que toutes les autres sciences, se réduit à un petit nombre d'idées claires. Il n'y a pas dans ce monde beaucoup de vérités certaines. Il en est de l'anatomie de l'esprit coinme de celle du corps : il est plus utile de s'appliquer aux parties les plus sensibles & les plus faciles à appercevoir, que d’étudier de petits vaifseaux & de petits nerfs qui échapent aux observations. C'est néanmoins sur les objets de cette nature, que roulent d'ordinaire des disputes qui servent bien moins à augmenter la théorie de la morale, qu'à en diminuer la pratique. En conséquence de ces observations, Mr. Pope s'est proposé de passer sous silence les choses inintelligibles, de tenir un fage milieu entre des doctrines tout-à-fait opposées, & de former un fiftêine de morale avec un mélange de température qui ne nuisit point à la solidité; un fiftême qui fut aufli court que bien digéré.

Cet Essai donne une idée générale de l'Homme, où il n'y a que les plus grandes parties de tracées, leur étendue , leurs limites , & leurs connexions. Il consiste en Quatre Epatres : la fuite renfermera des particularités plus susceptibles

« 上一頁繼續 »