Œuvres complètes de Voltaire: Contes. Poésies mêlées

封面
Hachette, 1859
 

讀者評論 - 撰寫評論

我們找不到任何評論。

已選取的頁面

內容


其他版本 - 查看全部

常見字詞

熱門章節

第 603 頁 - C'est le requiem ordinaire. Vous en tâterez quelque jour; Et lorsqu'aux ténéljreux rivages Vous irez trouver vos ouvrages, Vous ferez rire à votre tour. Quand sur la scene de ce monde Chaque homme a joué son rôlet , En partant il est à la ronde Reconduit à coups de sifflet. Dans leur dernière maladie J'ai vu des gens de tous états, Vieux évêques, vieux magistrats, Vieux courtisans à l'agonie : Vainement en cérémonie Avec sa clochette arrivait L'attirail de la sacristie; Le curé vainement...
第 153 頁 - Si vous voulez que j'aime encore, Rendez-moi l'âge des amours : Au crépuscule de mes jours Rejoignez, s'il se peut, l'aurore. Des beaux lieux où le dieu du vin Avec l'amour tient son empire, Le temps, qui me prend par la main, M'avertit que je me retire. De son inflexible rigueur Tirons au moins quelque avantage. Qui n'a pas l'esprit de son âge, De son âge a tout le malheur.
第 171 頁 - Tout annonce d'un Dieu l'éternelle existence; On ne peut le comprendre, on ne peut l'ignorer. La voix de l'univers annonce sa puissance, Et la voix de nos cœurs dit qu'il faut l'adorer.
第 212 頁 - Et se jouer dans ton taudis. Non, madame, tous ces tapis Qu'a tissus la Savonnerie, Ceux que les Persans ont ourdis, Et toute votre orfèvrerie, Et ces plats si chers que Germain A gravés de sa main divine, Et ces cabinets où Martin A surpassé l'art de la Chine ; Vos vases japonais et blancs, Toutes ces fragiles merveilles ; Ces deux lustres de diamants Qui pendent à vos deux oreilles ; Ces riches carcans, ces colliers, Et cette pompe enchanteresse, Ne valent pas un des baisers Que tu donnais...
第 415 頁 - A réuni l'un et l'autre hémisphère. Voyez-vous pas ces agiles vaisseaux Qui, du Texel, de Londres, de Bordeaux, S'en vont chercher, par un heureux échange, De nouveaux biens, nés aux sources du Gange, Tandis qu'au loin, vainqueurs des musulmans, Nos vins de France enivrent les sultans?
第 270 頁 - Saint-Lambert, ce n'est que pour toi Que ces belles fleurs sont écloses; C'est ta main qui cueille les roses. Et les épines sont pour moi.
第 233 頁 - Comètes que l'on craint à l'égal du tonnerre, Cessez d'épouvanter les peuples de la terre : Dans une ellipse immense achevez votre cours ; Remontez, descendez près de l'astre des jours ; Lancez vos feux, volez, et, revenant sans cesse, Des mondes épuisés ranimez la vieillesse.
第 425 頁 - Vite achetez un emploi de Caton , Allez juger: êtes-vous riche? — Non, Je n'ai plus rien, c'en est fait. — Vil atome! Quoi! point d'argent, et de l'ambition! Pauvre impudent ! apprends qu'en ce royaume Tous les honneurs sont fondés sur le bien. L'antiquité tenait pour axiome Que rien n'est rien, que de rien ne vient rien '. Du genre humain connais quelle est la trempe; Avec de l'or je te fais président, Fermier du roi, conseiller, intendant: Tu n'as point d'aile, et tu veux voler!
第 278 頁 - J'ai vu cette déesse altière, Avec égalité répandant tous les biens, Descendre de Morat en habit de guerrière, Les mains teintes du sang des fiers Autrichiens Et de Charles le Téméraire. Devant...
第 233 頁 - Dieu parle, et le chaos se dissipe à sa voix : Vers un centre commun tout gravite à la fois. Ce ressort si puissant, l'âme de la nature, Etait enseveli dans une nuit obscure : Le compas de Newton, mesurant l'univers, Lève enfin ce grand voile, et les cieux sont ouverts.

書目資訊