網頁圖片
PDF
ePub 版

Dim as the borrow'd beams of moon and stars

To lonely, weary, wand'ring travellers. Be it so—then let us strengthen, cultivate, and elevate, instead of depressing it below its just level. Instead of hoodwinking reason, and allowing our opinions and actions to be governed by custom, error, and prejudice, let it have full, free, and unfettered scope to range the fields of thought, in the investigation and discovery of truth. Does not our happiness depend on the knowledge of the various relations which man bears to his fellow man, and to his God, and the practice of the duties which they impose-and how are we to discover these relations, except by the assistance of reason operating on experience? Can false views of human nature and its attributes increase the happiness of the human race individually, or can a political society, framed on such erroneous principles, attain the end for which alone society was formed ? “ Deception and mendacity are always regarded in the common and every day intercourse of life as base and odious is it then only upon subjects of the highest import to man, that he may be deceived without danger or detestation?” Dreadful indeed, and unlimited, is the power of prejudice—we imbibe it with life itself, and its strength and influence increase until its close-its prevalence may be detected in all human institutions-government, which froin its nature, is framed for the maintenance of society, for the concentration of its force, and the preservation of its peace and security, becomes, by a fatal perversion, the principle of its destruction—the cause of vice, misery, and oppression, which gradually conduct nations to decline and ruin-if we direct our attention to the municipal laws of communities, we find the natural liberty of man, bound and fettered by the chains of despotism-the immutable rules of justice and equity cut down and varied to suit the caprices of opinion, custom, or tyranny; and the welfare and happiness of millions, sacrificed to the transient interests of power. We see rank, and wealth, and power, showered down on the few, and the great living mass of society, with all their feelings and affections about them, robbed of the very rights of humanity. If we look into domestic life-if we examine into the effects of education, we find its tendency is to establish certain systems of opinions, without allowing them to be examined to check the noble aspirations of the soul, and to bind down reason to the stake of custom. Thus prejudice feeds on the human mind, to the annihilation of reason, like the insect larva, which is deposited in the body of the living caterpillar, on which it feeds and strengthens, leaving the vital parts only untouched till its maturity, when, having destroyed these also, it bursts into the world, an unnatural and monstrous birth.

The author before us, feeling a strong conviction of the deleterious effects of the idolatry paid to this delusive divinity, has, in the essay before us, attempted to dissipate the fog's which have hung over and obscured human reason. The philosophical discussion of such a subject, not only requires cool and quiet hours, but a clear head and an honest heart. “True philosophy disowns the maxims of those apologists of vice, who borrow her language to diffuse their poison—the friends of disorder are her enemies.”

The welfare of mankind is her object, and truth the instrument by which she effects it-for goodness is but the reflexion of truth, whose colour it takes as the blade newly come out of the forge, the colour of the fire.

On the mild and humane, but firm and undaunted spirit, which ought to characterise the true philosopher, M. Marsais makes the following observations:

« Il faut une aine tranquille pour envisager les objets sous leur vrai point de vue; il faut être impartial pour juger sainement des choses ; il faut se mettre au dessus des préjugés, dont la philosophie elle-même n'est que trop souvent infectée, pour la perfectionner, pour la rendre plus persuasive, plus touchante, plus utile au genre humain. En effet l'arrogance des philosophes a dû souvent dégoûter les hommes de la philosophie; ses disciples, fiers de leurs découvertes réelles ou prétendues, ont quelquefois montré leur supériorité d'une façon bumiliante pour leurs concitoyens ; des penseurs atrabilaires ont révolté les hommes par leurs népris insultans, et n'ont fait que leur fournir des motifs pour s'attacher plus opiniâtrément à leurs erreurs, et pour décrier les médecins et les remedes. D'autres se sont complu à étaler aux yeux de leurs semblables les maux dont ils souffroient, sans leur indiquer les vrais moyens de les guérir. Que dis-je! ils les ont souvent exagérés, et se sont efforcés d'ôter jusqu'à l'espoir de les voir jamais finir.

“ Le philosophe n'est en droit de s'estimer lui-même que lorsqu'il se rend utile en contribuant au bonheur de ses semblables ; les applaudissemens intérieurs de sa conscience sont légitimes et nécessaires lorsqu'il a la conscience de les avoir mérités. Hélas ! dans un monde aveuglé par le préjugé et si souvent ingrat, cette récompense idéale est presque toujours la seule qui reste à la vertu! Ainsi que le Sage s'estime quand il a fait du bien ; que son ame s'applaudisse d'ètre libre au milieu des fers qui retiennent les autres, que son coeur se félicite d'être dégagé de ces vains desirs, de ces vices, de ces passions honteuses, de ces besoins imaginaires dont ses associés sont tourmentés, mais qu'il ne se compare point à eux d'une façon choquante pour leur amourpropre ; s'il se croit plus heureux, qu'il n'insulte point à leur misere, qu'il ne leur reproche point avec aigreur les maux qui les affligent, et sur-tout qu'il ne les jette point dans le désespoir. La philosophie manque son but et révolte au lieu d'attirer lorsqu'elle prend un ton arrogant et dédaigneux, ou lorsqu'elle porte l'empreinte de l'humeur; l'ami de la sagesse doit être l'ami des hommes et de les mépriser jamais; il compâtit à leurs peines, il cherche à les consoler, à les encourager. L'amour

du genre humain, l'enthousiasme du bien public, la sensibilité, l'humanité, le desir de servir son espece, de mériter son estime, sa tendresse, sa reconnoissance, voilà les motifs légitimes qui doivent animer l'homme de bien; voilà les motifs qu'il peut avouer sans rougir ; ces motifs méritent nos éloges lorsque nous en ressentons les effets avantageux. Sans cela la philosophie ne sera qu'une déclamation inutile contre le genre humain, qui ne prouvera que l'orgueil ou le chagrin de celui qui déclame, sans jamais convaincre personne.

" De quel droit en effet le Sage mépri-seroit-il les hommes ou leur feroit-il des outrages ? Est-ce parce qu'il croit avoir des lumieres et des connoissances supérieures à celles des autres ? Mais ces lumieres sont inutiles et ces connoissances sont vaines s'il n'en résulte aucun bien pour le genre bumain. De quel droit haïroit-il son espece, et quelle gloire peut-il résulter d'une misanthropie qui le déclareroit ennemi du genre humain ? L'humanité, l'amour des hommes, la sensibilité, la douceur ne sont-elles pas des vertus? Toute gloire pour être solide ne doit-elle pas se fonder sur ces heureuses dispositions et sur les effets avantageux qu'elles doivent opérer ? Quels motifs l'homme qui pense auroit-il pour mépriser les autres ! Est-ce parce qu'ils sont ignorans et remplis de préjugés ? Hélas ! l'education, l'exemple, l'habitude et l'autorité ne les forcent-ils pas à l'être ? Est-ce parce qu'ils sont des esclaves, remplis de passions, de vices et desirs frivoles ? Ceux qui réglent leurs destinées, les imposteurs qui les séduisent, les modeles qu'ils ont devant les yeux, ne produicent-ils pas dans leurs cours tous les vices qui les tourmentent! Mépriser ou haïr les hommes pour leurs égaremens, c'est les insulter lorsqu'on devroit les plaindre, c'est les outrager parcequ'ils sont malheureux, c'est leur reprocher des infirmités nécessaires et qu'ils n'ont pu s'empêcher de contracter."

“ How charming is divine Philosophy !
Not harsh and crabbed, as dull fools suppose ;

But musical as is Apollo's lute."

That this author is a friend to the best interests of humanity, we have no hesitation in saying; and the prudence of the foregoing observations is in his own case evident, for we think he has strong and unreasonable prejudices on one subject of mighty import, religion-on which we shall make a few observations before we conclude.

In another place, M. Marsais says,

r. The philosopher knows the value of truth-searches for it, meditates upon it, or communicates it to others. The wise man exhibits it in his life and actions—Truth, wisdom, reason, virtue, nature, are terms which equally designate what is useful to mankind. The uniform tendency of truth is to enlighten man-the most enlightened are the most reasonable—the most reasonable feel more deeply than others the real interests and motives they have to be virtuous. Without the study of nature, man can never know the relation he bears, nor the duties he owes to himself and others-deprived of this knowledge, he can have neither firm principles nor true happiness. The most enlightened are the most interested in being the best men-great talents should lead to great virtues. He who does evil is blind-be who is unregulated is deprived of reason_his conduct proves that he mistakes his own nature, is ignorant of what is due to himself and others, of the value of self-esteem and of the esteem of those around him he is not an enligbtened man. If he be insensible to the offices of benevolence, to the approbation and kindness of his associates he differs in nothing from brutes--if he do not see that his vices lead to his own destruction, he is not an intelligent being, whose great aim is self preservation if he do not know and appreciate the inestimable advantages of society, and the means to render it useful and agreeable, he is a mad-man, and not a friend to wisdom.” p. 195.

M. Marsais ascribes all human infelicity to the effect of prejudice; and as prejudice is the offspring of ignorance, he lays it down that the only remedy is truth and reason. In the following passages he sums up the mischiefs which arise from ignorance :

“ L'ignorance rend les peuples crédules ; leur inexpérience et leur incapacité les oblige d'accorder une confiance aveugle à ceux qui s'arrogent le droit exclusif de penser pour eux, de régler leurs opinions, de fixer leur conduite et leur sort. Ainsi accoutumés à se laisser guider, ils se trouvent dans l'impossibilité de savoir où on les mene, de démêler si les idées qu'on leur inspire sont vraies ou fausses, utiles ou nuisibles. Les hommes qui se sont mis en possession de régler les destinées des autres, sont toujours tentés d'abuser de leur crédulité ; ils trouvent pour l'ordinaire des avantages momentanés à les tromper ; ils se croyent intéressés à perpétuer leurs erreurs ou leur inexpérience ; ils se font un devoir de les éblouir, de les embarrasser, de les effrayer sur le danger de penser par euxmêmes et de consulter la raison ; ils leur montrent les recherches qu'ils pourroient faire comme inutiles, criminelles, pernicieuses ; ils calomnient la nature et la raison ; ils les font passer pour des guides infideles ; enfin à force de terreurs, de mysteres, d'obscurités, et d'incertitudes, ils parviennent à étouffer dans l'homme le desir même de chercher la vérité, à écraser la nature sous le poids de leur autorité, à soumettre la raison au joug de leur fantaisie. Les hommes sentent-ils des maux et se plaignent-ils des calamités qu'ils éprouvent, leurs guides leur donnent habilement le change et les empêchent de remonter à la vraie source de leurs peines, qui se trouve toujours dans leurs funestes préjugés.”

“ To doubt the advantages of truth,” he says, “ is to doubt whether it be better for man to be happy than miserable, reasonable than irrational, virtuous than vicious, peaceable than furious-it is to doubt whether he walks more securely in open day than in the dark-whether it be more desirable to know the complicated sufferings that oppress him, and apply suitable remedies, or to languish on and perish in the lasting calamities which, unknown, threaten to overwhelm him.” p. 24.

Presque en tout tems et en tout pays les hommes sentent qu'ils sont malheureux, mais ne sachant à qui s'en prendre de leurs maux,

quand ils sont portés à l'excès, ils aiguisent leurs couteaux et s'en frappent les uns les autres ; enfin lassés de répandre du sang, ils s'arrêtent, et sont tout surpris de voir que leurs maux au lieu de diminuer n'ont fait que s'aggraver et se multiplier. Faute de connoître les remedes qu'ils pourroient y appliquer, ils recommencent bientôt à se frapper de nouveau. C'est ainsi que nous voyons souvent les peuples par des révoltes, des massacres, des guerres civiles se venger d'un tyran qui les opprime pour tomber entre les mains d'un tyran nouveau, qui leur avoit fait espérer la fin de leurs miseres. C'est ainsi que des nations fatiguées d'une superstition incommode et violente l'abandonnent quelquefois pour en adopter une plus douce, qui finit bientôt par les plonger dans de nouvelles disputes et de nouvelles fureurs, souvent pires que les premieres. En un mot nous voyons par toute la terre les hommes faisant des efforts pour adoucir leur sort sans jamais y parvenir. Ils ne cessent de s'égorger que quand la vérité s'est montrée. En effet le caractere distinctif de la vérité est d'être également et constamment avantageuse à tous les partis, tandis que le mensonge, utile pour quelques instans seulement à quelques individus, est toujours nuisible à tous les autres."

What, indeed, has caused the slavery, wars, persecutions, and bloodshed, which we read of in almost every page of history? What has caused the madness of those unfortunate beings who have given their bones to be crushed under the wheels of Jaggernaut ? What caused a Lord Chancellor of England to put the tender frame of a young woman to the torture, because she differed from him upon the real presence, a doctrine which a Lord Chancellor of our days would blush to own? What caused the Court of Star Chamber to sentence Prynne to have his ears cut off, his nose slit, and his face stamped with a brand of perpetual shame, for writing against plays and lovelocks, when the very next age would have had the good will to subject his judges to the same punishment for upholding them-blind, monstrous prejudice.

After pointing out the effects of prejudice, our author proceeds to enquire if the people are susceptible of instruction, and if it be dangerous to enlighten them. The doctrine of the danger of enlightening the people, seems to be fast retreating to the damp and unholy cells from which it was first sent forth to desolate mankind, when knowledge was regarded as a portentous comet which, if it came too near the earth, would set the world on fire. It is no longer openly maintained, in our country at least, that men are better subjects or better servants, because they can neither read nor write, think, nor reason. But although this may be admitted as a general proposition, it is so far modified and restrained, that the mass of the people are only allowed to think and reason for themselves in such manner as those who have authority over them may, either from prejudice or interest, prescribe.

have biand of perpthe very es to the udic

oceedier pointinblind,"; judges'est age writing de ce sta

« 上一頁繼續 »