Œuvres, 第 1 卷

封面
 

讀者評論 - 撰寫評論

我們找不到任何評論。

其他版本 - 查看全部

常見字詞

熱門章節

第 25 頁 - Oui, me laisser mourir, c'est assez me venger. Teutons, Cimbres, Gaulois, que ce jour vous rallie ; La mort de Marius vous livre l'Italie. Mais Sylla cependant ne recueille-t-il pas Cet absolu pouvoir, objet de nos débats ? Favorable à ses vœux, mon désespoir seconde Son orgueil qui l'appelle à l'empire du monde. Est-ce ainsi que mon cœur apprit à le haïr ? Son plus fidèle ami le peut-il mieux servir ? Ah ! quels que soient les maux dont la mort nous délivre, Montrons-nous Marius, en osant...
第 25 頁 - Ce n'est pas d'aujourd'hui que je brave la mort. Demanderai-je aux dieux qu'un trépas plus illustre Au nom de Marius ajoute un nouveau lustre ? Quarante ans de combats m'ont épargné ce soin , Et pour être immortel je n'en ai pas besoin. Expirer loin de Rome, en cette solitude, N'est-ce pas la punir de son ingratitude ? Je l'abandonne en proie au plus pressant danger; Oui!
第 46 頁 - Quelle voix, quel regard , et quel aspect terrible! Quel bras oppose au mien un obstacle invincible ? L'effroi s'est emparé de mes sens éperdus ; Je ne pourrai jamais égorger Marius ! ( Il laisse tomber son poignard.
第 26 頁 - A travers tant d'écueils les dieux qui m'ont sauvé Au plus obscur trépas ne m'ont point réservé. Leurs mains, qui sous mes pas aplanissent la route, Pour un grand avenir m'ont conservé sans doute. Eprouvons les destins, fatiguons leur courroux; Voyons si le malheur est plus constant que nous.
第 236 頁 - Toi, dont la jeunesse occupée Aux jeux d'Apollon et de Mars, Comme le premier des Césars Manie et la plume et l'épée, Qui peut-être au milieu des camps Rédiges d'immortels Mémoires; Dérobe-leur quelques instants, Et trouve, s'il se peut, le temps De me lire entre deux victoires.
第 24 頁 - II veut faire admirer à la postérité Mon infortune autant que ma prospérité Tout se tait ; tout a fui dans une horreur profonde , Et seul je semble errer sur les débris du monde.
第 25 頁 - En ces lieux j'aperçois L'abri qui m'est offert sous ces rustiques toits. C'est chez l'infortuné que la pitié se trouve : Sans peine on compatit au malheur qu'on éprouve. A travers tant d'écueils les dieux qui m'ont sauvé, Au plus obscur trépas ne m'ont point réservé.
第 226 頁 - Far son amante est ramassé ; Et le trait qui siffle , est chassé Loin de la corde qui résonne. Le bouclier reçoit ce trait Trop fidèle à l'œil qui le guide ; Et le triste Oscar, qu'il couvrait, Tombe sur le corps de Uermide. Oscar, quelle erreur est la mienne ?. C'est moi qui te perce le sein ! — Dermide expira par ma main , J'ai voulu mourir de la tienne.
第 261 頁 - S'il cessa d'exister, ou s'il existe encore. Mais moi qui l'ai vengé , s'il revenait un jour, De quel œil en ces lieux verrais-je son retour ? Egaré, subjugué, jeté hors de moi-même, Je ne suis plus à moi, je ne suis plus moi : j'aime. Déjà mon cœur , qu'aveugle un sentiment fatal , Dans son plus tendre ami ne voit plus qu'un rival.
第 44 頁 - Eh ! qui pourrait frapper d'un intrépide bras Un héros quarante ans respecté des combats ? Quels que soient ses forfaits , sa gloire les balance. Ils sont grands, je le veux; mais sa gloire est immense; Et de tous les Romains , dans ce siècle de sang , S'il est le plus coupable , il en est le plus grand. Ne nous abusons pas , le peuple se déclare : II est loin d'applaudir à ce qui se prépare.

書目資訊